Les semi-rigides

SEAir a ouvert son champ de recherche et de développement aux bateaux à moteur, plus particulièrement aux semi-rigides, s’appuyant sur les modèles Zodiac Pro © aménagés avec les systèmes de foils SEAir. Lors des essais dans le courant du second trimestre 2017, un bateau Zodiac 5.50 équipé de foils rétractables et réglables a vu l’ensemble de ses performances augmentées, lui permettant de naviguer en toute sécurité non seulement avec un petit clapot, mais aussi en mer plus formée au large. Les tests ont permis de démontrer un gain en stabilité et en confort, des sensations de glisse et de vol incomparables, un abaissement notable du régime moteur - donc de la nuisance sonore - et une réduction conséquente de la consommation de carburant, de l’ordre de 30%.


Le Mini 747 SEAir

Le prototype précurseur Magnum 747, conçu et construit par David Raison, a été transformé en un démonstrateur de vol. Il est désormais doté à bâbord d’un foil SEAir, instrumenté grâce à huit capteurs, et de son boîtier de systèmes permettant de manœuvrer le foil sur plusieurs degrés de liberté. Durant le premier trimestre 2017, les essais vont permettre de tester différentes configurations de décollage et de stabilisation du vol au large. SEAir fera ensuite évoluer les systèmes et réglages, afin de voler de façon aussi pérenne que possible. Aujourd’hui, créer de la puissance n’est plus un problème, mais l’exploiter est un bien plus complexe. Tribord sera ensuite doté d’une version de foil encore plus évoluée, avec cette fois un asservissement électronique.


Les supports de compétition

Petit monocoque de 3, 50 mètres, très exigeant, le Moth est le support idéal pour mettre au point les foils très sportifs et les procédés de fabrication de nouvelle génération. SEAir est spécialiste de l’amélioration de performance de ces bateaux volants.

Les deux Moths SEAir sont instrumentés afin de pouvoir comprendre les comportements et donc modéliser le vol. SEAir travaille ainsi sur les systèmes de palpeur permettant d’asservir mécaniquement les volets de foil, afin d’avoir une hauteur de vol toujours optimale. C’est également sur le Moth que SEAir a développé et breveté un nouveau procédé de fabrication de petits foils, en dépôt additif.

Les sujets de développement sont encore nombreux dans cette série ou quasiment tout est permis, mais surtout d’innover ! Pour cela, SEAir a mis en place un collectif sportif, en liaison avec l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN) de Quiberon et la Classe Française. En 2016, le collectif Moth SEAir s’est illustré sur plusieurs régates, et le matériel SEAir a remporté la première édition des Brittany Moth Series.