le voilier volant SEAir à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris

Concepteur de systèmes de vol pour bateaux à voile et moteur, SEAir expose son monocoque prototype 747 à La Cité des sciences et de l’industrie de La Villette à Paris les 9 et 10 juin à l’occasion du festival La Cité des Aventuriers.
C’est aux côtés de Solar Impulse, Lost in the Swell, Energy Observer, WWF et bien d’autres génies de la technologie au service de l’environnement, que SEAir a été choisi pour présenter son savoir-faire. Ce festival dédié à l’exploration sera une vitrine unique pour mettre en avant les exploits réalisés par SEAir et démontrer qu’il est désormais possible de naviguer vite et au-dessus des vagues quasiment sans limite. SEAir est en effet la seule entreprise au monde ayant réussi à faire voler un monocoque habitable, entre 60 et 80cm au-dessus des vagues sur de longues distances au large et la même année un bateau à moteur semi-rigide, premier du genre également. Un projet au service de l’aventure humaine et technologique. Le 747 va bientôt aller explorer le vol inconnu du grand large !

Sur place, Hugo Feydit, ingénieur navigateur SEAir, vainqueur du national Moth à foil 2018, partage son expérience des bateaux volants avec les visiteurs explorateurs et scientifiques en herbe. Hugo était également l’équipier privilégié de Bertrand Castelnerac, le pilote du voilier lors des campagnes de test.

Voilier tout en carbone, de catégorie prototype 6,50, le 747 est conçu pour traverser l’atlantique en solitaire. Un bateau qui a déjà fait ses preuves en remportant plusieurs courses de son circuit, dont la Mini Transat en 2011 avec David Raison, l’architecte qui l’a imaginé et conçu.

Il est aujourd’hui reconfiguré en véritable bateau volant (hydrofoileur), l’appendice sous-marin en forme d’aile permet au bateau de se lever et décupler sa vitesse tout en apportant une grande stabilité. Il est devenu en janvier 2017 le premier monocoque de course au large capable de voler. Un bateau plus rapide d’au moins 20%, qui voit ses performances doubler dans certaines conditions de vent et de mer.

Le nouveau défi de SEAir est d’équiper ce démonstrateur technologique d’un second foil, encore plus performant, afin d’aller chercher de nouveaux records comme celui de la distance parcourue sur 24h en solitaire et d’être aux départs des courses du circuit 6,50, avec en point d’orgue : la Mini Transat, réputée pour être la plus longue des traversées de l’Atlantique pour les plus petits bateaux de large existant. Un programme de visibilité fort, est proposé aux futurs sponsors qui seraient intéressés à embarquer dans cette formidable aventure.

Photo Hugo Feydit pour SEAir – Contact presse / Liliane Fretté Communication
Lucie Hardy – lhardy@frettecommunication.com

7 juin 2018